Document sans nom

Accueil > L’ELEVAGE > Description des tests de tempérament

Description des tests de tempérament

vendredi 15 mai 2015, par Administrateur

Le tempérament de nos hovawart est observé à l’occasion des tests de tempérament.

Depuis le 1er janvier 1999, la réussite au CSAU est nécessaire (mais pas un prérequis) pour valider le TAN.

Après la réussite à chaque niveau, le chien pourra se présenter aux tests suivants, dont vous pouvez détailler le déroulement en suivant les liens ci-dessous :


Les tests de tempérament se déroulent lors des manifestations organisées par le C.F.H. :

Attention chaque session de tests sera limitée à 20 chiens.


C.S.A.U. - Certificat de Sociabilité et d’Aptitude à l’Utilisation

Ce certificat a pour but de s’assurer de la sociabilité du chien et du contrôle exercé par son maître.
C’est une épreuve probatoire avant de participer aux épreuves d’utilisation organisées par la C.U.N. (Commission d’Utilisation Nationale) et des tests d’aptitude au travail de défense des clubs de races soumises au travail. Il se pratique sur les terrains d’entraînement des associations affiliées d’éducation et d’utilisation ; le C.F.H. organise la possibilité de passer le CSAU lors de sa Nationale d’Elevage et de ses Régionales.
Ce certificat est accessible aux chiens à partir de 12 mois révolus le jour de l’examen.

Documents à fournir : le propriétaire du chien doit se présenter au certificat muni d’une copie du certificat de naissance ou du pedigree de son chien (format A4 obligatoire) ainsi que de la carte de tatouage ou d’identification.

Le CSAU peut être jugé par les juges de travail des disciplines gérées par la Commission d’Utilisation Nationale (stagiaires et qualifiés) ainsi que par les juges d’utilisation des chiens de troupeaux.
Un diplôme et une carte (semblable à notre carte d’identité) seront remis au propriétaire du chien moyennant le règlement du prix de l’engagement à l’épreuve.

La détention du CSAU est obligatoire pour pratiquer les disciplines gérées par la Commission d’Utilisation Nationale « chiens de berger et de garde » telles le ring, mondioring, RCI, campagne, pistage, obéissance.

La vocation première de ce test est de vérifier l’équilibre caractériel du chien, sa sociabilité et l’aptitude du maître à exercer le contrôle de son animal. L’attention du juge portera particulièrement sur ces points spécifiques du caractère du chien qui lui est présenté.

Le CSAU comprend les exercices suivants :

  • Stabilité et sociabilité en présence et en l’absence du maître

Absence de réaction de panique ou de comportement d’auto-défense lorsque le chien est tenu en laisse par un étranger en présence et en l’absence, de son maître.
Attitude aux caresses et contact par une personne étrangère en présence de son maître (contrôle du tatouage ou apposition du lecteur de transpondeur électronique).
Pas de mauvaise réaction du chien, autre que la surprise, aux bruits (en présence et en l’absence du maître). Le bruit ne devra jamais être provoqué à moins de 5 mètres.
Croisement avec un autre chien tenu en laisse ( 1 à 2 m entre les deux chiens).
S’il montre, d‘emblée, des signes, d’agressivité ou de peur, excessifs, si son comportement est tel que le juge ne puisse contrôler le tatouage ou l’identification, le chien devra être ajourné.

  • Marche en laisse

Le chien doit effectuer une marche avec son maître sans tirer sur la laisse, toutefois quelques tensions du fait du chien peuvent être tolérées. Passage dans un groupe de personnes, laisse molle.

  • Absence du maître

Le maître doit pouvoir laisser son chien en une place, et dans la position de son choix, s’absenter et retrouver son chien au même lieu (dans un rayon de 2 m) après 30 secondes. Pendant l’absence, le maître ne devra pas être au vu de son chien.

  • Rappel

Le chien immobilisé dans la position de son choix, à une vingtaine de mètres, devra revenir au pied de son maître (dans un délai de 15 secondes) sur rappel simple et ce dans un rayon de 2 m.

Consignes de jugement :
L’attention du juge sera particulièrement portée sur la stabilité et la sociabilité du chien.
L’incapacité d’un chien à exécuter l’un ou l’autre de ces exercices d’assouplissement ne peut constituer un motif d’ajournement si, par ailleurs, ce chien fait preuve des qualités d’équilibre caractériel et de sociabilité recherchées. Dans le cas d’un chien qui n’exécuterait pas correctement ces exercices d’assouplissement, le juge aurait alors la faculté d’influer sur l’attribution du qualificatif mis à sa disposition.

Résultats :

    • APTE
    • AJOURNE (Le chien pourra repasser l’épreuve ultérieurement)

A - Test d’Aptitude Naturelle

Pré requis : Age du chien 12 mois révolus
Attention – La réussite du C.S.A.U. est nécessaire pour pouvoir valider la TAN.

1) Atelier de manipulation et de vérification

Le chien est en laisse, tenu par son conducteur, à la laisse ou au collier (conseillé).
Le testeur vérifie l’identification du chien, et avec l’aide de l’assistant, procède aux mesures et examen du chien, en portant attention à son comportement.
L’examen du chien doit être réalisé sans précipitation, avec patience et bienveillance, tant vis à vis du chien que du conducteur.
Le testeur vérifie l’état des 4 canines du chien et le spécifie au conducteur. Elles seront vérifiées à nouveau à l’issue des tests.

2) Jeu avec le maître

Le conducteur entre avec son chien muni de la longe légère de 10 m, fournie par l’organisateur et collier non étrangleur. Il peut avoir son jouet (jouet avec poignée ou corde) ou choisir un jouet fourni par l’organisation (petit boudin, Kong ou balle avec corde, ou corde à nœuds) et joue spontanément avec son chien, l’encourage, le sollicite de la voix et du geste.
Si le conducteur le souhaite, il peut faire laisser son chien libre pendant la phase de jeu.
Le jeu est un jeu de tirer et /ou de lancer .
Sa durée est au total de 1 minute, avec 30 secondes de jeu effectif.

3) Jeu avec personne étrangère

Le conducteur, tout en jouant avec son chien reprend le jouet, le lance à l’assistant qui motive le chien et renvoie le jouet au conducteur. Le conducteur renvoie le jouet à l’assistant qui motive encore une fois le chien puis, lance le jouet sur le coté à 5 m environ.
Le chien doit faire des allers-retours, pour participer au jeu, puis en fin d’exercice, se saisir du jouet.
Le conducteur peut encourager le chien et incite celui-ci à le rejoindre. Si le chien rapporte le jouet, le conducteur, après quelques phases de jeu, le reprend et le confie au commissaire.

4) Instinct de proie

Le chien est tenu en longe à 2 mètres par le commissaire, à proximité du conducteur.
L’assistant N° 2, fait démarrer le leurre, au signal du testeur, de telle sorte que le chien l’observe.
Le chien est lâché, par échappement de la longe du collier, quand le leurre a dépassé le 1er piquet. Le chien doit poursuivre jusqu’au bout. Il peut s’en saisir avant ou à la fin.
Le conducteur peut encourager le chien au départ du leurre.
Le conducteur rappelle son chien en fin d’exercice et lui reprend le leurre s’il l’a rapporté. Il le remet alors au commissaire.

5) Persévérance sur la proie

Le chien est en longe, tenu au collier, à l’emplacement désigné par le commissaire à 3 m du leurre. Le leurre est tiré brutalement en ligne droite en direction du tuyau. Juste avant la disparition du leurre, le chien est lâché, par échappement de la longe du collier. On observe en silence le comportement du chien pendant 1 minute.

JPEG - 31.5 ko

6) Homme « Papillon »

L’homme « Papillon est revêtu d’une grande cape longue, couvert d’un grand chapeau et porte des grosses lunettes noires.
Le chien est tenu par le commissaire en longe à 2 mètres. En position arrêtée, sans ordre.
Le conducteur ne parle pas à son chien et reste neutre.
a) Le « Papillon » sort de sa position d’invisibilité et avance sur un parcours en dents de scie, en rejoignant les 4 points matérialisés.
Sur les 3 premiers points, le « Papillon » fait l’ascenseur (ressort) face au chien et bat des bras.
Au point 4, le « Papillon » s’immobilise dans le calme, en position neutre, de profil, bras le long du corps, mains ouvertes.
b) Le commissaire lâche alors la longe et le conducteur s’avance accompagné du chien en direction du « Papillon ». Arrivé devant lui, il lui sert la main, en lui disant « Bonjour ! » gaiement, il lui enlève le chapeau, les lunettes et la cape, en douceur.
Le chien dispose d’une minute pour accepter le contact avec l’humain (sorti de son déguisement). Il peut être encouragé du geste et de la voix par le conducteur. L’humain (Papillon) reste neutre, mains ouvertes vers l’avant. Il doit être amical une fois le contact établi.

7) Coup de feu

Le chien est en longe, tenu à 2 mètres par le commissaire. Le conducteur marche avec son chien, sans ordre ni contrainte, dans le calme, en ligne droite, dans la direction indiquée par le commissaire.
Le tireur est situé face au chien, décalé sur la droite ou la gauche en fonction du vent qui doit souffler de face.
Le tir se fait vers le haut, sur ordre du testeur, à distance de 15 mètres du chien et 2 coups de feu espacés de 5 secondes.
Une attention particulière doit être portée aux effets de résonance et d’échos.

8) Retour au calme, dans le groupe

Un groupe de 8 personnes se positionne sur le terrain, selon un cercle épaule contre épaule.
Le chien est confié en longe de 2 mètres, au commissaire, sans contrainte, à 20 m environ du groupe.
Aussitôt, le conducteur se dirige à pas rapides et énergiques, vers le groupe et pénètre en son centre.
Une fois le groupe refermé sur lui, le conducteur appelle, vivement et gaiement, son chien à le rejoindre et à rester au cœur du groupe. Le commissaire au premier appel du conducteur lâche la longe.
Le chien doit rejoindre son conducteur et se maintenir avec lui au moins 30 secondes, au cœur du groupe.

Le groupe doit rester assez neutre, mais avec une attitude amicale, et répondre positivement aux sollicitations du chien.

Le chien dispose d’une minute pour rejoindre son conducteur au centre du groupe et y demeurer sans contrainte.
Le conducteur peut encourager le chien et le rappeler s’il sort du groupe.

9) Jeu avec le conducteur, après contrainte

Le commissaire rend le jouet du chien au conducteur. Celui-ci joue spontanément avec le chien, pendant environ 30 secondes.
Le travail est alors terminé.
Si le chien remplit toutes les conditions pour accéder au TAT, les exercices se poursuivent par 10 et 11 (voir TAT)

Sinon,

Conclusion :

Le conducteur et son chien remis en laisse, ainsi que le juge se dirige face au public.
Le juge énonce les observations du comportement du chien lors de chaque exercice, au conducteur et au public.
Le résultat est annoncé, sous réserve de vérification informatique.


B - Test d’Aptitude au Travail

Préambule

Personnel complémentaire nécessaire
- Homme assistant :

Matériel complémentaire nécessaire
- Un boudin de 60 cm de longueur et de 7 à 8 cm de diamètre, muni d’une poignée à chaque extrémité.

Pré requis :

  • Age du chien 15 mois révolus
  • Titulaire du T.A.N.
  • Licence ’Mordant’ en cours de validité

Au déroulement des 9 exercices précédents, s’ajoute les 10ème et 11ème exercices . L’ensemble des 11 exercices constitue le TAT.

10) Poursuite et ténacité

JPEG - 27.5 ko

Le conducteur rejoint le point indiqué par le commissaire.
Le comprase enlève la longe, la confie au commissaire et tient le chien au collier.
L’HA, face au chien, excite celui-ci, avec le boudin, par des passages en 8 autour de ses propres jambes. Puis il jette le boudin au conducteur qui s’en saisit au vol et lui renvoie. Le conducteur peut encourager le chien.
L’HA prend le boudin par une extrémité à main droite ou gauche selon sa facilité, et le tient horizontal à hauteur de hanche, et s’éloigne en courant, suivant une diagonale par rapport au chien.
Lorsque l’HA atteint une distance de 10 mètres environ, le comparse lâche le chien. Le conducteur peut lui donner un ordre bref, s’il le souhaite.
Le chien doit poursuivre l’HA, se saisir du boudin et le tenir avant que l’HA ait atteint une ligne située à une distance de 30 m du départ.

L’HA s’arrête alors en opposant une résistance modérée et joyeuse en position neutre par rapport au chien (de profil, bras en bas, les 4 pattes du chien au sol), tout en l’encourageant et l’incitant à maintenir sa prise. L’HA doit agir sans brutalité mais avec dynamisme.

Pendant cette phase de prise, l’HA doit se saisir de la deuxième poignée du boudin et tout en incitant le chien à maintenir sa prise, l’amener sans brutalité en contact avec lui.
La phase de prise de face, doit durer 5 secondes. Le chien, resté en prise, gagne le boudin en fin d’exercice.

11) Jeu avec le conducteur

Le conducteur peut enchaîner tout de suite la phase de jeu avec le boudin gagné par le chien ou au choix avec son jouet.
La phase de jeu doit se poursuivre environ 30 s.
Si le conducteur le souhaite et si le chien le veut, celui-ci peut garder le boudin en gueule.

Le travail est alors terminé.

Si le chien remplit toutes les conditions pour accéder au TAU, les exercices se poursuivent par 12 et 13 (voir TAU)

Sinon,

Conclusion :

Le conducteur et son chien remis en laisse, ainsi que le juge se dirige face au public.
Le juge énonce les observations du comportement du chien lors de chaque exercice, au conducteur et au public.
Le résultat est annoncé, sous réserve de vérification informatique.


C - Test d’Aptitude à l’Utilisation

Préambule

Matériel complémentaire nécessaire
- Cachette mobile si pas de possibilité sur le terrain
- Manchette RCI souple
- Badine RCI

Pour les chiens travaillant en Ring (Signalés à l’inscription)
- Costume de ring
- Une badine ring en bambou fendu

Pré requis :

  • Age du chien 15 mois révolus
  • Titulaire du T.A.T.
  • Licence ’Mordant’ en cours de validité

Au déroulement des 11 exercices précédents, s’ajoute les 12ème et 13ème exercices . L’ensemble des 13 exercices constitue le TAU.

12) Epreuve de courage

JPEG - 33.5 ko

Le conducteur entre sur le terrain et se positionne, le chien tenu en longe de 2 mètres, sans contrainte, à l’emplacement, face à la cache, indiqué par le commissaire.
L’emplacement est situé à une distance de 10 mètres de la cache.
L’HA surgit hors de la cage, en attirant l’attention du chien sur lui, (incitation sonore et visuelle) et sans agression frontale, incite le chien à se saisir la manchette, au passage lors d’un simulacre d’agression sur le conducteur.
Le chien doit se saisir directement de la manche et la tenir fermement en gueule, 7 secondes minimum sur un temps global de prise de 10 secondes (2 reprises sont tolérées)
Lorsque le chien est en prise ferme, l’HA effectue 2 touchés du bâton RCI sur les flancs du chien (sur les zones autorisées)

A l’issue de l’exercice, l’HA laisse le chien gagner sa manche.

Le conducteur doit, si le chien a gardé la manchette en gueule, obtenir sans brutalité la cessation du chien, qui doit lui laisser récupérer la manchette et rester sous contrôle.
Le conducteur, le chien calme à son coté, laisse approcher l’HA sans instrument, libre et amical, naturel et sans précipitation, qui vient serrer la main du conducteur et lui dire « Bonjour » joyeusement.
Le chien ne doit pas agresser l’HA, mais, il peut, par exemple, rester vigilant ou être amical.

13) Phase de jeu après la contrainte.

Le conducteur après avoir récupéré la manchette que, soit, il laisse sur le terrain, soit il remet au commissaire, entame la phase de jeu avec le jouet remis par le commissaire (boudin, balle avec ficelle, corde).

La phase de jeu doit se poursuivre environ 30 s.

Le travail est alors terminé.

Conclusion :

Le conducteur et son chien remis en laisse, ainsi que le juge se dirige face au public.
Le juge énonce les observations du comportement du chien lors de chaque exercice, au conducteur et au public.
Le résultat est annoncé, sous réserve de vérification informatique.

Résultats

L’observation du comportement du chien par le testeur est reportée sur une grille de type QCM, décrivant les actions et comportements du chien et dont le décodage se fait par un programme informatique.

Chaque comportement dans chaque exercice est affecté d’une mention :
Cr (Correct) - Ac (Acceptable) – Li (Limite) ou In (Insuffisant)

TAN :
Si le chien a un comportement « In » sur 1 quelconque des exercices, il est ajourné.
Si le chien a un comportement « Li » 4 fois cumulées sur les exercices 1,6b, 7 et 8 : il est ajourné.
Dans tous les autres cas, il est apte.

TAT :
Si le chien a un comportement « In » sur 1 quelconque des exercices, il est ajourné.
Si le chien a un comportement « Li » 1 fois sur les exercices 1, 2, 6b, 7, 8, 9 10 ou 11, il est ajourné
Dans tous les autres cas, il est apte.

TAU :
Si le chien a un comportement « In » sur 1 quelconque des exercices, il est ajourné.
Si le chien a un comportement « Li » 1 fois sur les exercices 1, 2, 3, 6b, 7, 8, 9, 10, 11, 12 ou 13, il est ajourné
Dans tous les autres cas, il est apte.